Espace de veille pour sauver la France de la théocratie musulmane.


    Se défendre ou laisser faire

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 197
    Date d'inscription : 28/10/2011
    Age : 75
    Localisation : Nord France

    Se défendre ou laisser faire

    Message  Admin le Sam 11 Mar - 7:00

    Mardi 14 mars 2017, retenez bien la date !

    Il est coutumier de dire qu’en France la détention d’armes est interdite : rien de plus faux ! Elle est seulement réglementée et, pour celui qui veut pratiquer le tir sportif ou la chasse, il y a juste un parcours administratif à subir, en somme, rien de bien méchant si on veut faire preuve d’un peu de patience. Voyez nos voisins tireurs britanniques, obligés de passer en France pour s’adonner à leur discipline… Mais, nous l’avons tous oublié, les bonnes choses ne sont pas éternelles, et la détention d’armes est plus que jamais dans le viseur du Parlement européen puisque, justement, celui-ci se réunit mardi prochain pour statuer sur notre sort. Il faut savoir que les gouvernements italiens, espagnol, allemand et français, farouchement opposés à la possession d’armes par leurs citoyens, ont fortement influencé les membres de la Commission et que, pour nous défendre, nous ne sommes représentés que par l’association UNPACT (Union Nationale des Propriétaires d’Armes de Chasse ou de Tir), et une autre d’envergure européenne avec laquelle elle travaille, FIREARMS UNITED qui font, toutes deux, un travail colossal en faveur des chasseurs et des tireurs. Mais, je ne vous le cache pas, cette délégation auprès du Parlement européen, représente le pot d’argile… Que va-t-il se passer ? On n’en sait rien ! Il faut comprendre qu’après un travail acharné qui dure depuis des années et 900 amendements, nous arrivons au bout du bout… Ou ça passe, ou ça casse. En tout cas, la situation des propriétaires d’armes en France n’a jamais été aussi fragile, elle ne tient plus qu’à un fil. Il est peut-être déjà trop tard pour le conseiller, mais chaque tireur sportif devrait adhérer à ces deux associations dont le service juridique va même jusqu’à défendre gratuitement ceux qui n’en font pas partie. Dix euros par an, ç’est pas cher payé pour pouvoir continuer notre sport favori : http://www.unpact.net/.

    Je me dois, en tant que Présidente, de vous répercuter une information en provenance, justement, de l’UNPACT, et qui nous avertit d’un changement sensible dans les relations entre les propriétaires d’armes et certaines préfectures : circulaire du 17 février 2017 :

    « Nous ne laisserons pas faire ! Lettre ouverte à Messieurs les préfets de France et de Navarre

    Depuis peu, nos membres nous relatent qu’ils reçoivent chez eux la visite de gendarmes, parfois en nombre (au moins 3) et portant parfois même tout l’attirail réservé habituellement aux interventions commando (gilet tactique, etc.) ! Pour le moment, ça n’est pas arrivé à six heures du matin tout pile, mais après tout, pourquoi pas bientôt ? Motif annoncé de la visite : ordre du préfet de contrôler l’entreposage des armes et des munitions de toute catégorie chez les détenteurs de six armes et plus. Donc ouverture de coffre demandée, relève des numéros de série, présentation des autorisations préfectorales, des récépissés, etc. Les affirmations habituelles sont assénées, genre reproche : votre coffre doit être scellé, vos armes de catégorie C et D°1 doivent être entreposées dans un coffre comme de la catégorie B, etc. Eh bien NON ! L’UNPACT s’élève vigoureusement contre ces mesures illégales. Les préfets jouent dans la cour de l’exécutif, pas dans celle du législatif ! Il va bien falloir, au bout d’un moment, qu’ils l’admettent et reviennent à de plus modestes ambitions ! Messieurs des forces de l’ordre, vous voudrez bien, à partir de maintenant, vous munir précautionneusement d’une réquisition écrite de Monsieur le Procureur de la République pour effectuer ces visites domiciliaires ! Nous sommes chaque jour qui passe les témoins d’actions iniques et infondées entreprises à l’encontre des détenteurs légaux d’armes à feu. On sort de pseudo-nouveaux textes de son chapeau, on tente d’impressionner le citoyen honnête par des démonstrations de force abusives, on s’estime parfois fondé à faire des diagnostics sur l’état psychique de certains propriétaires d’armes à feu, frôlant ainsi l’exercice illégal de la médecine, on interprète à sa sauce le Code de la sécurité intérieure… On balance du TAJ à tout-va au mépris des accords donnés a posteriori… Halte à cela ! Le membre responsable des forces de l’ordre qui interviendra désormais chez un tireur sportif dans le cadre de la demande de contrôle de coffre et de stockage de munitions sans réquisition écrite du Procureur de la République, se verra présenter un document à signer avant qu’il ne lui soit autorisé quoi que ce soit. Ce document signalera le caractère abusif et illégal de la demande, et le contrevenant aux textes réglementaires devra le signer pour poursuivre sa mission. Chaque document signé (ou pas… mais alors avec la date, le lieu, l’heure et les noms) sera systématiquement remonté au SCA et au ministère de l’intérieur (DLPAJ), pour servir et valoir ce que de droit, soit par nos soins, soit par les « perquisitionnés » eux-mêmes (ça n’est pas présenté de cette manière, mais ce sont de véritables perquisitions dans les faits). Les médias seront alertés. Nous allons aussi recommander à nos membres de filmer avec tout moyen à leur disposition la totalité de la visite, en prévenant naturellement les intervenants qu’ils sont enregistrés. Chacun étant maître chez soi, rien ne s’y opposera. Les tribunaux administratifs vont peut-être se voir saturés, mais nos membres sont déterminés à ne plus se laisser malmener comme des malhonnêtes, des truands, des terroristes ! Qu’on se le tienne pour dit ! ».

    Vous voilà tous avertis. Vous aurez compris que si je tenais tant à vous communiquer cette information importante pour notre avenir, c’est aussi en relation avec les problèmes que nous rencontrons actuellement avec l’équipe de qui vous savez. Comme tous les stands de tir et d’autres disciplines dites stratégiques, par exemple l’aviation de loisir, nous sommes sous surveillance constante. Se trouvent parmi nous des observateurs officieux qui font remonter les informations vers certaines autorités. Le moment serait vraiment mal choisi pour adopter une « gestion originale », assurée par des braillards tonitruants et menaçants. Pour le moment, contrairement à d’autres régions de France, nous avons encore la chance d’avoir un préfet d’un genre assez compréhensif et cool. Ne la gâchons pas car il suffirait qu’un seul ordre arrive de plus haut pour que nous nous retrouvions tous aux 10 mètres.

    Votre présidente : Vivienne Pujol-Rousselle

      La date/heure actuelle est Mer 18 Oct - 14:52