Espace de veille pour sauver la France de la théocratie musulmane.


    LA "GUEUSE" EST DE RETOUR !

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 167
    Date d'inscription : 28/10/2011
    Age : 75
    Localisation : Nord France

    LA "GUEUSE" EST DE RETOUR !

    Message  Admin le Mer 9 Juil - 16:25

    Je reposte ici un excellent travail de Luc Sommeyre dont vous trouverez l'original sur:
    http://www.minurne.fr/la-gueuse-est-revenue-par-luc-sommeyre#message_1932628677

    Je n'ai pas rédigé de préface, mais tout le monde sait que la France est en danger et qu'il y a véritablement urgence et de savoir où l'on met les pieds.

    Je fais référence au papier de notre ami Maurice D., LA CHASSE AU SARKO EST OUVERTE !, analyse d’une brillante lucidité. Je regrette simplement que MINURNE ne tire pas à 100.000 ex. Et que les Français ne sachent plus lire. Ni écrire. Ma foi ! tant qu’ils savent encore épeler… Passons (vite).

    À défaut de tirage, contentons-nous de tirer à boulets rouges sur les Affreux qui nous dirigent pour un temps encore. La couleur des projectiles est bien choisie.

    Aversion pour la politique
    Je prends la liberté d’ajouter à l’analyse de Maurice, que le profond écœurement de nos concitoyens – ô combien justifié ! – se réfère avant tout à la CLASSE POLITIQUE DANS SON ENSEMBLE, voire à l’INSTITUTION RÉPUBLICAINE PARLEMENTAIRE (j’allais dire « ripoublicaine » mais je me suis repris : vous savez mon immense respect pour le politiquement correct de la Pensée Unique).

    La Démocratie

    De nos jours, le terme tant galvaudé démocratie a perdu tout son sens (hormis pour servir de Viagra à Mélenchon). Il vient du Grec ancien δημοκρατία < dēmokratía = pouvoir du peuple >, de δημος < dēmos = peuple > et κράτος < krátos = pouvoir >. Mais attention : au siècle de Périclès, le mot « dēmos » désignait les seuls Hommes Libres ce qui excluait les étrangers, les esclaves, les indigents, les allocataires de la CMU et de l’AME… Non, ça n’existait pas encore, mais nous nous comprenons. C'est-à-dire que le « krátos », le pouvoir de décision, était réservé aux seuls citoyens concernés (en un mot et non en deux comme aujourd’hui) par la vie de la Cité. Il était donc demandé au « dēmos », au peuple, de contribuer au fonctionnement des institutions par le paiement de l’impôt mais en contrepartie, ceux qui payaient cet impôt détenaient un droit de regard sur la marche de la Cité : le « krátos ».
    C’est clair ? – Oui.

    Conséquemment, toujours chez les Grecs, est apparue la notion de POLITIQUE, mot venant de πόλις < pólis = la cité > et du suffixe -ικη < -ikē>. La politique est donc exclusivement l’art de régler les relations entre les citoyens et leurs rapports à d'autres ensembles. Par exemple, à des groupes extérieurs à la cité : la politique étrangère.
    Toujours clair ? – Oui.

    SAUF… pour les « politiciens » modernes !

    Sautons allègrement par-dessus les siècles. Jamais, depuis la Révolution française, n’avions-nous pataugé aussi vulgairement dans les bas-fonds gluants des abysses fétides de la démocraçouille. Quoi de plus logique ? Métastasée à l’envi, notre société a atteint le stade terminal du cancer démocratique.

    Aujourd’hui, le grand rassemblement des polichinelles les plus couards de la politique, regroupés comme un seul homme derrière le PPDC – le Plus Petit Dénominateur Commun – de la Gauche socialo-bobo, provoque chez l’Honnête Homme l’envie incoercible de s’esclaffer et de vomir tout à la fois. Situation fâcheuse s’il en est ! D’ailleurs, je ne saurais trop vous inviter à jeter un coup d’œil à l’article notre ami Marc Le Sthaler, publié en février 2012, que vous pourrez lire en cliquant sur ce lien (visité près de… 78.500 fois, ce qui est impressionnant). Surtout, regardez bien les deux vidéos !

    [Allez-y maintenant – vous reviendrez ici ensuite. Si vous voulez…]

    → [Reprise] Instruit des propos téméraires de celui qui allait devenir Pépère Premier – et Dernier à n’en pas douter – le journaliste Bercoff-Caton, chef d’orchestre émérite de l’Opéra Comique et du Grand Guignol (ceci n’a rien de péjoratif à son endroit) joua les Pythie en juillet 2013, comme le dit Maurice D. Pour bien connaître l’animal étrange qui a installé sa nichée au Palais de l’Élysée, André Bercoff avait en effet prédit dans Valeurs Actuelles tous les événements de la vie politique jusque même à la victoire du Front National aux Européennes. On pourrait presque parler de « délit d’initié », mais la pertinence de ses propos le lui fait pardonner.


    La stratégie du Diablotin, en 3 actes

    Il y a quelque chose d’extra-terrestre dans le rictus présidentiel. On croirait que Pépère a inhalé des gaz psychotropes ! Allez savoir…

    J’ai entendu il y a peu un brave syndicaliste beugler dans une manif « Mélenchon, c’est pas un con ! » Amen ! Je dois avouer que M. Mélenchon fait montre parfois, dans ses commentaires privés, d’une objectivité sans faille : « Un accord avec Hollande ou rien – dit-il – c’est pareil ! Non seulement il ne tient jamais parole, mais [...] dans son cas il s’agit d’un vice de cynique. »
    À l’analyse des propos et de la stratégie présidentielle (car il y en a bien une !) il convient avant tout de noter que notre Cher Président est un pervers au masque de benêt. Bon, d’accord ! Il n’a peut-être pas à se forcer quand il répand à loisir l’image de sa goujaterie… Mais il faut surtout comprendre très sérieusement que ce masque n’a d’autre but que d’adoucir, voire de cacher, la dangerosité extrême du personnage.

    Stratégie hollandaise
    Empêcher Sarkozy de revenir au pouvoir ;
    Réserver ses attaques ultérieures pour « la fille Le Pen » comme il dit avec son élégance coutumière ;
    Se faire réélire en 2017.
    On croit rêver !
    Examinons ces trois points successivement.
    - « La chasse au Sarko est ouverte ! » dit fort justement Maurice D.

    Il est exact que tous les actes de procédure qui ont conduit à la GAV (Garde À Vue) de l’ancien Président de la République étaient strictement « légaux ». Les chefs d’accusation principaux (corruption active et trafic d’influence) ne sont pas anodins, loin s’en faut. Mais un acharnement médiatique ou plutôt une certaine mise-en-scène « à point nommé » a placé sciemment sur Monsieur Sarkozy une image de délinquant, ce qui est parfaitement inadmissible eu égard aux fonctions qu’il a occupées. Mais la République hollandaise n’en n’est pas à une vulgarité près.
    Pour autant, et quelle que soit la sympathie qu’il inspire, son charisme, sa force de travail et son intelligence, Nicolas Sarkozy n’est certainement pas « blanc-bleu » dans les affaires qui lui sont reprochées, notamment dans l’affaire Bygmalion.
    Mais surtout dans les crimes qu’il a été contraint de commettre en Libye. Monsieur Sarkozy n’a certes pas, de gaîté de cœur, attaqué Tripoli et ordonné au COS – Commandement des Opérations Spéciales – de faire assassiner Mouammar Kadhafi (par des islamistes évidemment). Il s’était ouvert de ses fortes réticences à son ami Sylvio Berlusconi qui, lui, n’a pas obtempéré aux exigences de la Maison Blanche. Conséquences pour l’homologue italien de NS : on lui reprocha des séries de « scandales » privés qui eurent raison de sa carrière. Peu lui importait. Il s’estimait trop âgé pour poursuivre son chemin politique et a laissé la charrette continuer sa route. Après tout, que lui reprochait-on ? – Un amour immodéré pour la bonne chère et la belle chair, crimes imprescriptibles pour les puritains anglo-saxons (et les islamistes !) Se rendit-il coupable de viols ou autres abominations ? – Non. Toujours est-il qu’il n’a pas cédé. Bravo, Cavaliere !
    Notons au passage que ce type d’attaques puritaines est exactement de la même veine que les accusations portées contre Dominique Strauss-Kahn. Une marque de fabrique terriblement « made in USA ». M. Strauss-Kahn non plus, n’a pas cédé et, tenu par d’autres impératifs, a dû laisser sacrifier sa carrière pour un long moment. Or, l’assassinat politique de Strauss-Kahn avait, lui aussi, un lien direct avec la Libye, ce que peu de personnes prétendument « informées » soupçonnent. Nous en parlerons un jour. Sauf crise cardiaque ou accident de voiture inopiné, mais fort à propos… (Célibataire sans enfant, je n’ai pas cru devoir prendre d’assurance-vie.)
    Quant à Nicolas Sarkozy, plus lié que Berlusconi aux Maîtres occultes de Washington, il a été forcé à baisser la tête et a dû commettre l’irréparable : le remplacement d’un dictateur laïc par une dictature obscurantiste et sanguinaire, conformément aux plans du Nouveau Siècle Américain : réunion de l’espace méditerranéen à l’Union Européenne pour des motifs stratégiques que nous n’expliquerons pas ici.
    Pour ces raisons profondes, je ne peux (moralement) souhaiter le retour de Monsieur Sarkozy au pouvoir, quelles que soient ses compétences voire sa bonne volonté que je ne veux pas mettre en doute, même en remplacement du Théâtre de Guignol dont nous subissons les représentations aujourd’hui et ce, pour une raison bien simple :
    NICOLAS SARKOZY N'EST PAS « LIBRE ».

    L’alternative UMP
    Que reste-t-il donc à nos amis de l’UMP ? Les « sondages » favoriseraient actuellement un « super-Sarkozy » : Alain Juppé. Henri Guaino, député UMP de la 3ème circonscription des Yvelines, proche de Sarkozy, dépeint le personnage avec une objectivité méthodique, convient-il de remarquer. Je vous invite à cliquer sur ce lien pour entendre ses propos, fort instructifs.
    D’une fourberie à toute épreuve, Juppé a dépassé le « cap Sarkozy ». Lui, n’obéit pas à Washington mais va chercher ses ordres encore plus loin : à Riyad (pari hasardeux eu égard à la fragilité des accords Riyad-Washington ces derniers temps et à la situation terriblement explosive et dangereuse du Moyen-Orient ces derniers jours.) Les soutiens directs d’Alain Juppé sont MM. Tariq Ramadan (petit-fils de Hassan el-Banna, fondateur des Frères Musulmans), Tareq Oubrou (ambassadeur des Frères Musulmans en France, fait Chevalier de la Légion d'Honneur le 1er janvier 2013 sur proposition du Ministère de l'Intérieur en décembre 2012 – excusez du peu ! – décoration qui lui a officiellement été remise par Alain Juppé le 6 février 2014) et accessoirement Camel Bechikh (disciple direct de Tareq Oubrou, président de l’association « Fils de France » – organisation crypto-islamiste jouant les patriotes musulmans français et tenant un discours parfumé aux loukoums qu’acceptent malheureusement de relayer parfois nos amis de Résistance Républicaine, Boulevard Voltaire et j’en passe…)
    Le projet de la mosquée pharaonique de Bordeaux illustre à merveille cet exemple flagrant de dhimmitude politicienne.


    Donc, Juppé, pas bon non plus. Pas bon du tout, même !

    Mais qu’importe… Ça va donner du travail supplémentaire aux apprentis-Machiavel de l’Élysée hollandais !

    II - La « fille Le Pen » pour reprendre l’expression raffinée de Pépère

    Les Le Pen sont Bretons. Mais pour Pépère, l’affaire se corse !

    Un scandale, une malversation, des fuites de capitaux et toute cette panoplie d’ornements politiciens, ça s’exploite. Ça s’amplifie. Ça se déforme. Et finalement, on en fait ses choux gras.

    Oui mais… pour exploiter une « faille » chez l’ennemi à l’adresse de l’opinion publique, encore faut-il identifier une BASE RÉELLE. Et ça, ça n’est pas très simple à inventer. À de fort rares exceptions près, il n’y a que dans les romans d’espionnage de la série B qu’on fabrique des preuves exploitables. Oh bien sûr ! On va encore ressortir les « petites phrases » de JMLP qu’on a toujours minutieusement et systématiquement sorti d’un contexte qui aurait suffi à les expliquer et les justifier, sa gouaille, sa mauvaise humeur parfois… On va reparler de l’héritage Lambert mais tout a été dit, redit, expliqué commenté, et finalement, rien de « louche » n’a pu être relevé en cette affaire.

    Alors quoi ? Vous imaginez bien que si des dirigeants et/ou des élus du FN s’étaient rendus coupables de la moindre fausse-note grave et exploitable, c’eût été étalé sur cinq colonnes à la une des journaux du Système. En attendant, la Cellule Spéciale de l’Élysée gratte, gratte, gratte… Certains fonctionnaires de la DGSI (ex-DCRI, ex-DCRG) sont sollicités en permanence, à l’affût du moindre cancan, de la plus petite broutille à monter en épingle.

    Mais à quoi donc peut-on sérieusement s’attendre ? À des PROVOCATIONS, ça oui ! À toute une série de coups montés que les cerveaux embrumés des « spécialistes » s’acharnent en ce moment-même à concocter, et qui éclateront à point nommé, quand la « menace UMP » sera écartée.

    Pourtant, une perspective d’école me semble ne pas devoir être écartée : un possible attentat contre Marine Le Pen. Ce pourrait être le fait d’un « fou », authentiquement islamiste, revenant d’un djihad lointain, possédant bien sûr la nationalité française, et manipulé par je ne sais quel OT (Officier Traitant) qui finirait par se « suicider » ou dont on perdrait la trace pour autant qu’il puisse être identifié. Souvenez-vous Mohamed Merrah…

    En 1431, l’évêque de Beauvais, Pierre Cauchon ayant fait allégeance à la Couronne d’Angleterre, avait précipité Jeanne d’Arc dans les flammes. Et Londres, à cette époque, n’était pas encore la capitale non-musulmane de la Finance Islamique…

    III - La réélection de Pépère 1er

    Au grand dam de (presque tous) nos compatriotes, le Carnaval de Hollande devrait durer 5 ans. À force, c’est assourdissant tout ce bruit, toutes ces fanfares cacophoniques, n’est ce pas ?

    Mais rassurez-vous : à la fin du Carnaval, le Roi est toujours incinéré.



    En guise de conclusion


    Les Français expriment chaque jour un peu plus leur dégoût profond pour la « chose publique », autrement dit pour la République des magouilles, des prévarications, des scandales, du chantage et des complots divers.

    Pendant ce temps, la pauvreté s’étend, les détresses se multiplient, le chômage fait des ravages sociaux et économiques, l’insécurité augmente dans la même proportion que l’impunité accordée aux malfaiteurs (merci Taubira !), la moralité s’effiloche… Bref : rien ne va plus en Pays de France.

    Le GRAND REMPLACEMENT auquel fait allusion M. Camus est réellement en marche.

    Les Français perçoivent aujourd'hui, avec une acuité accrue, qu’ils sont victimes de marchandages. Qu’on les prend pour de la vulgaire « marchandise », qu’on bafoue leur Civilisation plurimillénaire, leurs Valeurs, leur Âme. Ils rejettent tout ce fatras immonde sur la classe politique dans son ensemble, dont ils pensent très sérieusement qu’ils sont « tous pourris ». Et ils n’ont pas tort ! Comment reconnaîtraient-ils le bon grain de l’ivraie, intoxiqués qu’ils sont au jour le jour par la Voix du Minotaure, flux lancinant et incessant de la Propagande du Système qui les incite à se repentir d’être eux-mêmes. Qui les amène à un ethnomasochisme pervers et finalement létal.

    Des sondages secrets ou plutôt « non-publiés » font état de leur dégoût exponentiel pour cette démocratie parlementaire, pantin allégorique disloqué aux mains d’une oligarchie technocratique étrangère qu’ils n’ont pas élue mais qu’ils subissent dans leur vie de tous les jours. Pourquoi croyez-vous donc que l’abstentionnisme électoral soit devenu le premier parti de France ?

    Nous sommes dans les Années 30 :
    le syndrome de « La Gueuse » est revenu.


    Les propos et opinions émis dans ce que dessus n’ont été dictés par aucune personne physique ou morale. L’auteur sous-signé en assume exclusivement la responsabilité.

    Luc Sommeyre
    Twitter : @LucSommeyre

      La date/heure actuelle est Jeu 27 Avr - 22:39