Espace de veille pour sauver la France de la théocratie musulmane.


    Pour être un bon musulman je dois tuer.

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 210
    Date d'inscription : 28/10/2011
    Age : 76
    Localisation : Nord France

    Pour être un bon musulman je dois tuer.

    Message  Admin le Dim 3 Déc - 15:09

    Huit chaînes de sautées pour islamophobie et antisionisme.  La France est le seul pays au monde qui totalise à lui seul l'ensemble des censures dde tous les pays du reste du monde. Sur internet, facebook, Etc.... 38 milles sites censurés contre 84 en Russie par Poutine.... La France est le pays des droits de l'homme, de la liberté d'expression, Liberté, Egalité, Fratenité.  La France est une république démocratique.

    https://gloria.tv/video/2HQnzK9b62Fa1ciad9vTBqEUU


    “LES TERRORISTES SONT DES MUSULMANS QUI NE FONT QU'APPLIQUER LA  VERITE DU CORAN”
    Dans un livre présenté comme un abécédaire, Jean-Jacques Walter va sereinement et factuellement aux sources – le Coran – pour détailler tout ce que prescrit véritablement l’islam sur les grands « sujets-qui-fâchent » ou ceux qui fâchent moins mais sur lesquels circule, avec passion, tout et son contraire : les femmes, les autres religions, le travail, le djihad, le paradis, l’argent, etc.
    De la conclusion de cet exposé – les terroristes sont aujourd’hui des musulmans qui appliquent une des interprétations possibles du Coran -, il tire un plaidoyer : les musulmans désireux de s’intégrer en Occident doivent nécessairement, pour partie, prendre leurs distances avec le Coran.
    Qui sont les terroristes aujourd’hui ?
    Les terroristes sont aujourd’hui des musulmans qui appliquent une des interprétations possibles du Coran. Ce ne sont pas des gens qui nient le Coran ou qui le défendent, ce sont des gens qui l’appliquent.
    Par exemple, le verset 89 de la sourate 4 dit : « Si quelqu’un abandonne l’islam, assassinez-le tout de suite. »
    Le verset 5 de la sourate 9 de l’épée dit : « Les polythéistes (c’est-à-dire les chrétiens) saisissez-les et tuez-les partout où vous les rencontrerez. »
    Le verset 29 de la sourate 9 dit : « Ceux des juifs et des chrétiens qui ne veulent pas devenir musulmans, asservissez-les et humiliez-les. »
    Selon vous, les attentats ne sont donc pas le fait de déséquilibrés mentaux ?
    Non, je ne pense pas qu’ils soient déséquilibrés.
    On a tendance à dire qu’Hitler et les terroristes étaient des fous pour exonérer l’humanité de cette tendance destructrice. Malheureusement, ils ne sont pas fous, ils sont pervers. Un pervers choisi d’être mauvais. Il l’accepte et il le veut.
    Les musulmans ont un dicton très répandu chez eux et que Mohammed Merah avait répété :
    « Nous gagnerons parce que nous aimons plus la mort que vous aimez la vie. »
    C’est l’instinct de destruction sur lequel se fonde une des interprétations possibles du Coran.
    Pouvez-vous nous expliquer ce que signifie, en philosophie, l’instinct de destruction ?
    Freud a mis douze ans avant d’admettre que l’instinct de mort existait. C’est un instinct qui ne vise pas la mort, il vise la destruction psychologique du moi.
    Les gens qui en sont victimes essaient de s’en débarrasser. Lorsqu’ils le rejettent à faible distance parce qu’ils sont faibles, cela tombe sur leur corps propre et cela se manifeste en masochisme. S’ils sont plus forts, ils le jettent sur les voisins, cela se manifeste en sadisme. S’ils sont encore plus forts, ils le jettent sur l’étranger, celui qu’on ne voit pas.
    Tout cela est la faute des Blancs, des Noirs, des Jaunes, des francs-maçons, des juifs, des chrétiens et des n’importe quoi.
    Cet instinct-là vise la destruction du moi. C’est lui qui donne les valeurs à un certain nombre de commandements islamiques, par exemple celui qui prescrit d’assassiner tout musulman qui ne croit plus à l’islam ou d’asservir ceux qui ne veulent pas se convertir ou de faire le djihad. Le djihad, c’est tuer et être tué sur le sentier d’Allah. Les seuls qui peuvent prétendre au paradis avec certitude sont ceux qui sont tués ou qui tuent sur le sentier d’Allah. Les autres musulmans qui n’ont pas été partenaires dans le djihad iront peut-être au paradis si Allah veut bien. Quant aux non-musulmans, peu importe qu’ils n’aient jamais connu l’islam ou qu’ils aient mené une vie morale parfaite, ils iront de toute façon en enfer.
    Cette insistance sur la guerre est un des éléments caractéristiques de l’islam.
    Peut-on dire, comme certains, que ce sont nos sociétés qui fabriquent ces « fous d’Allah » ?
    Elles ne les fabriquent pas, elles l’admettent et l’acceptent.
    Deux études sérieuses ont été faites sur ce que pensent les musulmans en Europe.
    L’une vient du plus célèbre institut de sociologie allemand financé par la ville de Berlin et l’État fédéral, et l’autre de l’Institut Montaigne, qui a fait faire des études par l’IFOP.
    En conclusion, sur les cinq millions de musulmans en France, un million acceptent totalement l’Occident. Quand il y a contradiction entre ce que disent les lois de la République et l’islam, ils choisissent systématiquement l’Occident. Ceux-là refusent une partie du Coran, ils ne tentent pas de réinterpréter.
    Puis un million et demi sont à cheval et acceptent une partie du Coran et une partie de l’Occident. Par exemple, ils acceptent que les femmes soient dévoilées, mais ils trouvent légitime qu’on les brutalise physiquement et qu’on exerce le maximum de pression si elles prétendent abandonner l’islam.
    Enfin, environ deux millions et demi sont totalement inféodés à l’islam et disent que les lois d’Allah, c’est-à-dire le Coran, sont supérieures aux lois des hommes. Ils disent donc que la peine de mort doit être appliquée si possible à tous ceux qui abandonnent l’islam, que les femmes sont inférieures, qu’elles ont une demi-part en héritage, qu’il faut deux femmes disant la même chose devant un tribunal pour valoir un seul homme et beaucoup d’autres choses de cette sorte.
    C’est en lien avec le titre de votre livre, Les 2 islams. Pouvez-vous préciser ?
    Le premier, c’est le million de musulmans qui ont choisi d’être compatibles avec la République. Ils ont choisi un islam qui rejette une partie du Coran. Ils ne réinterprètent pas mais rejettent une partie du Coran. Par exemple, le Coran indique que la Terre est plate. Ces musulmans le rejettent et disent que ce n’est pas Allah qui dit cela. Il y a donc une partie du Coran qui ne vient pas d’Allah, il est donc légitime de rejeter une partie du Coran. Cet islam-là est parfaitement compatible avec la République.
    Il y a ensuite l’autre islam qui prend le Coran au pied de la lettre. Ces musulmans-là déclarent que le Coran a été écrit pas Allah il y a quatorze milliards d’années avant la fondation du monde en langue arabe parce qu’Allah parle l’arabe classique avec les anges depuis quatorze milliards d’années. Ceux-là ne veulent rien réinterpréter. Cet islam-là est incompatible avec l’Occident.
    Pourtant, théologiquement et d’après certains légistes, quiconque rejette un verset du Coran n’est plus considéré comme un musulman.
    C’est effectivement ce que disent les légistes de l’islam. Mais les musulmans qui rejettent une partie du Coran disent que les légistes se trompent et qu’on peut parfaitement rejeter une partie du Coran sans cesser d’être musulmans. Ils sont donc en opposition avec les légistes, mais en conformité avec l’Occident.
    Cet islam-là est totalement acceptable en Occident.
    Quel est l’objectif de votre livre ?
    Il vise la connaissance, c’est-à-dire montrer ce qu’est l’islam, tel qu’il est défini par les légistes et tel qu’il résulte du Coran. Mais je souhaite aussi montrer l’islam des Lumières, c’est-à-dire l’islam qui rejette une partie du Coran et qui est acceptable pour l’Occident.
    Ne craignez-vous pas que votre ouvrage soit taxé d’islamophobe et qu’en pointant le Coran, vous portiez préjudice aux musulmans modérés?
    Les pires islamophobes, ceux qui rejettent le plus violemment l’islam, ne sont pas du tout les Occidentaux, ce sont des musulmans qui n’acceptent plus une partie de l’islam.
    J’ai cité, dans le livre Les 2 islams, un certain nombre de musulmans qui restent musulmans mais qui rejettent très violemment les sociétés musulmanes beaucoup plus violemment qu’aucun des Occidentaux qui critique l’islam.

      La date/heure actuelle est Jeu 14 Déc - 17:07